La crise de panique

Une crise d’angoisse ou de panique est un phénomène qui peut apparaître lors d’une forte période d’anxiété. Elle provient d’une réponse automatique du système nerveux quand on se sent en danger. C’est la raison pour laquelle cette crise se manifeste de façon brutale et aiguë et peut durer de quelques minutes à plusieurs heures. Voici comment cela fonctionne :

Le stress initial provient du cerveau où l’amygdale, la zone des émotions, envoie un signal à la zone qui communique avec le reste du corps, l’hypothalamus. C’est ce signal qui active le système nerveux et commande une grande quantité d’adrénaline. Votre corps est alors prêt à combattre ou à fuir. Cette réaction face au stress est la même pour tout le monde. Elle peut cependant devenir problématique si elle se produit sans danger réel, car à terme le cerveau de fait plus la différence entre menaces réelles et menaces perçues.

Cet état de crise est reconnaissable par différents symptômes psychologiques et physiques. La personne en crise va ressentir une peur intense, et une sensation de danger immédiat. Cet état est parfois accompagné de sensations physiques incommodantes comme des palpitations, des tremblements ou des douleurs thoraciques. Ces symptômes physiques peuvent aggraver le stress de la personne qui aura alors l’impression de perdre totalement le contrôle.

Alors que l’on estime à 20 % le nombre de personnes qui vivront au cours de leur vie une crise de panique, il est encore difficile de comprendre les mécanismes de la crise d’angoisse. Ce que l’on sait, c’est qu’ils font interagir de nombreux éléments biologiques, psychologiques, émotionnels, génétiques et cardio-respiratoires. Les femmes sont d’ailleurs plus souvent touchées que les hommes.

De par leur caractère imprévisible, il n’y a pas de traitement vraiment efficace pour prévenir les crises d’angoisse. Cependant, une prise en charge appropriée, médicamenteuse ou non, peut aider la personne anxieuse à gérer son stress. Des thérapies telles que l’hypnose, la sophrologie ou la psychologie peuvent aider à diminuer l’intensité et la fréquence des crises.

Au moment de la crise, il est préférable de ne pas se déplacer et de respirer lentement par le ventre pour éviter l’hyperventilation, dans un sac en papier par exemple, jusqu’à ce que la crise s’arrête.

 

Ce contenu d’information ne saurait en aucune manière se substituer à un avis médical. Il est impératif de demander conseil à votre médecin ou autre professionnel de santé qualifié pour toute question se rapportant à votre état de santé.

 

Nos spécialités

Nos actualités