La ménopause : une étape cruciale dans la vie d’une femme

Aujourd’hui, les médecins et spécialistes d’Alegria Medical Centre s’associent pour vous parler de la ménopause !

Qu’est-ce que la ménopause ?

Dr Dominique Langin, médecin généraliste : Durant sa vie, une femme, à partir de la puberté, va avoir des sécrétions hormonales qui vont être dédiées à l’ovulation et à une vie génitale en vue de la procréation. Cette sécrétion hormonale va s’appauvrir autour de la cinquantaine et amener des symptômes qui sont ce qu’on appelle les symptômes « pré-ménopausiques », c’est-à-dire qui précède l’arrêt de la sécrétion de ces hormones, qui deviendra donc la ménopause.

Emmanuelle Clapier, psycologue et sophrologue : C’est une période charnière dans la vie d’une femme parce que c’est le moment de changements physiques mais aussi psychiques, comme par exemple des changements au niveau hormonal, au niveau du vieillissement de la peau. Beaucoup de femmes prennent du poids, ont des problèmes de sommeil. Elles ont aussi des sautes d’humeur pendant cette période-là, mais aussi un changement au niveau de la libido, donc au niveau du désir et du plaisir sexuel. De ce fait, beaucoup de femmes se dévalorisent pendant cette période et se posent beaucoup de questions sur leur féminité.

Quels symptômes annoncent l’arrivée de la ménopause ?

Dr Dominique Langin : Les symptômes pré-ménopausiques sont bien distincts autour de trois grands items.

Le premier est une irrégularité du cycle hormonal, qui va devenir un peu anarchique avec des mois avec règles, des mois avec des règles plus longues ou moins longues, parfois aussi une irrégularité complète sur plusieurs mois.

Le deuxième symptôme va être une labilité de l’humeur. On va se retrouver avec des femmes qui vont être sur une sensibilité très exacerbée, dans un sens comme dans l’autre, dans la tristesse comme au contraire dans l’exaltation voir l’euphorie.

Le troisième volet est ce qu’on appelle les « troubles climatériques » qui vont être associés aux deux premiers symptômes, c’est-à-dire qu’on va se retrouver avec des femmes qui vont souffrir de grandes bouffées de chaleur, parfois de sueurs profuses.

Ces trois symptômes vont déterminer le diagnostic de la préménopause, c’est-à-dire qu’on sait à partir de ce moment-là, sans pour autant faire d’autres examens biologiques ou d’imagerie, que la patiente commence à avoir une modification de son cycle hormonal, qui va l’amener progressivement vers la ménopause.

A quel moment de la vie la menopause intervient ?

Dr Dominique Langin : Cette sécrétion hormonale va s’appauvrir autour de la cinquantaine. Cette évolution n’est jamais comparable pour toutes les femmes. Différents facteurs font que cela peut être plus tôt ou plus tard dans la vie d’une femme. Il y a des facteurs familiaux, des facteurs personnels, des antécédents, qui vont modifier cette date d’apparition des symptômes pré-ménopausiques jusqu’à l’arrivée de la ménopause.

A quel niveau le corps médical intervient-il dans la prise en charge de la ménopause ?

Dr Dominique Langin : Le suivi va se faire d’abord et avant à travers le métabolisme, c’est-à-dire qu’il va y avoir une modification corporelle des femmes ménopausées, qui va nous obliger à réfléchir sur la prise de poids, la fonte musculaire, la modification cutanée dans un premier temps, donc une approche diététique.

Dans un deuxième temps, il va aussi y avoir une modification des sécrétions vaginales et du cycle hormonal de la femme, donc un suivi gynécologique à proprement parler.

Dans un même temps, il va y avoir une réflexion autour de la fixation et l’appauvrissement en calcium, qui va amener à gérer un risque qui s’appelle « l’ostéoporose ». L’ostéoporose est souvent associée à la ménopause dans les 3 à 5 années qui suivent. Cette approche-là sera rhumatismale, pour pouvoir évaluer les pertes en calcium, ou les mauvaises fixations du calcium, inhérentes à la ménopause, afin de minimiser le plus possible l’installation de l’ostéoporose.

Quels aliments et nutriments faut-il mettre au menu pour mieux vivre sa ménopause ?

Elodie Auffray, diéteticienne et nutritionniste : En premier, il vous faut des bons acides gras : des omégas 3 et des omégas 6. On les trouve dans les huiles d’assaisonnements, de lin, de colza, de noix, dans les graines de lin broyées, mais aussi dans les poissons gras et dans l’huile de bourrache. Ils permettent une bonne hydratation de la peau et lutte contre la sécheresse de la muqueuse vaginale. Ils préviennent également les maladies cardio-vasculaires et permettent de rééquilibrer les troubles de l’humeur.

Je vous recommande de manger des fruits et des légumes en abondance : au moins 5 portions par jour. Ils sont riches en antioxydants et luttent contre le vieillissement cellulaire.

Pour la santé osseuse, il faut consommer du calcium, qu’il soit végétal ou animal. Il est important et vous le trouverez dans les noix, les noisettes, les amandes, mais également dans les eaux minérales, les sardines et les produits laitiers.

Qui dit calcium, dit vitamine D ! En effet, la vitamine D est indispensable pour fixer le calcium au niveau osseux. La vitamine D se retrouve dans l’huile de foie de morue, dans les poissons gras, les œufs, le lait, le fromage ou le beurre.

Pour gérer au mieux votre poids, je vous recommande de manger beaucoup de fibres, et de choisir des glucides à index glycémique bas, et d’éviter tout ce qui est sucrerie et viennoiserie.

Comment gérer les sautes d’humeur liés à la ménopause ?

Claire Colson, hypnothérapeute, sophrologue, naturopathe : Les conseils que j’ai à vous donner par rapport à ça, c’est de pratiquer des méthodes psycho-émotionnelles, pour aider à gérer vos émotions. Ça peut être des respirations cohérence cardiaque, des respirations ventrales qui sont les plus faciles à faire, mais aussi de pratiquer de la méditation, de la sophrologie, tout ce qui va pouvoir vous aider à vous détendre et à vous stabiliser au niveau de ses humeurs, de ses hormones qui chahutent à l’intérieur de vous, qui vont qu’il y a des variations hormonales.

Comment peut-on préparer le sommeil ?

Claire Colson : Vous pouvez manger plutôt léger, surtout en soirée. Ça va être plus facile pour vous de digérer et votre sommeil sera beaucoup moins perturbé. Vous pouvez aussi faire des respirations cohérence cardiaque avant de vous coucher, utiliser quelques huiles essentielles, comme la lavande que vous pouvez respirer ou diffuser. Vous pouvez aussi vous aider de certaines plantes qui vont vous apaiser, notamment la mélisse, sous forme de compléments alimentaires ou de tisanes, de la valériane, de la passiflore.

Comment réduire les bouffées de chaleur de la ménopause grâce à l’alimentation ?

Elodie Auffray : Il est possible de prendre des compléments alimentaires à base de sauge ou encore de consommer des graines de lin broyées, déjà vues précédemment pour leur richesse en oméga 3. Il est facile de les intégrer à vos salades, à vos yaourts ou à vos smoothies. Réduisez également la consommation de plats épicés, la caféine et l’alcool.

Le conseil pour bien vivre sa ménopause

Emmanuelle Clapier : Les conseils que je pourrai vous donner, c’est tout d’abord d’accepter ces changements de façon à pouvoir vous épanouir en tant que femme, rapprivoiser votre corps, vous sentir bien dans votre corps. Il est également important de lâcher prise. Pour cela il y a des techniques comme par exemple la relaxation, la méditation, la sophrologie, le Pilates également, puisqu’il est aussi important de faire de l’exercice physique durant cette période.

Ce contenu d’information ne saurait en aucune manière se substituer à un avis médical.

Il est impératif de demander conseil à votre médecin ou autre professionnel de santé qualifié pour toute question se rapportant à votre état de santé.

Nos actualités