Comprendre la sciatique, la repérer et la soigner

Douleurs de dos, jambes engourdies, difficultés voire incapacité à marcher ?
Mais que vous arrive-t-il ?
Est-ce la vieillesse qui pointe le bout de son nez ?

Ola, ici Dr Joy !
Mais non, la vieillesse c’est dans la tête.
On a 25 ans toute notre vie non ?

Ces symptômes peuvent être la conséquence d’une sciatique.
En avez-vous déjà entendu parler ?

J’aimerais vous en dire plus sur le sujet aujourd’hui.

Vamooos !

La sciatique c’est quoi ?

La sciatique est le petit nom donné à la sciatalgie, la douleur le long du nerf sciatique, on parle de névralgie.
Il s’agit de douleurs, au niveau d’un membre inférieur et souvent associé à des douleurs lombaires.
Dans ce cas-là, on parle alors de lombosciatique.

Le nerf sciatique assure à la fois la sensibilité d’une partie du membre inférieur et une partie de ses mouvements : il est sensitif et moteur.
C’est le plus gros et le plus long nerf de l’organisme.

Il prend racine au niveau du dos et plus précisément dans la moelle épinière. Ses racines descendent dans le canal lombaire délimité par les vertèbres.

Une compression ou inflammation du nerf sciatique entraîne des douleurs le long de tout son trajet.

Il existe plusieurs formes de sciatiques :
La sciatique paralysante : perte de la capacité à faire certains mouvements de la jambe
La sciatique hyperalgique : non calmée par les médicaments antalgiques habituels
La sciatique associée à un syndrome de la queue de cheval, elle touche d’autres racines nerveuses

La plus courante reste la lombosciatique.

Repérer une sciatique : les symptômes

La sciatique se caractérise principalement par une douleur qui se manifeste le long des nerfs sciatiques : du bas du dos, en passant par les fesses, puis dans les jambes, pour finir sa course juste en dessous du genou. Parfois la douleur peut irradier jusqu’au pied.

La sciatique touche habituellement un seul côté. La douleur est généralement brûlante, transfixiante ou en coup de poignard. Elle apparaît à un endroit et se déplace vers un autre, généralement le long du trajet d’un nerf, on parle alors de douleur irradiée.

Certaines personnes parlent d’une sensation de picotements, mais aussi un engourdissement ou une faiblesse peut être ressenti(e) au niveau de la jambe ou du pied.

Dans certains cas, marcher, courir, monter des marches, tendre la jambe et parfois tousser ou s’étirer intensifie la douleur.

Pour reformuler, les principaux symptômes de la sciatique sont :

  • Douleur le long des nerfs sciatiques : bas du dos, fesses, jambe, genou
  • Elle peut irradier jusqu’au pied
  • Sensation de brûlure, coup de poignard ou picotements
  • Engourdissement ou faiblesse au niveau de la jambe ou du pied
  • Intensification de la douleur lors de la marche, la course, la toux, etc.

Soigner la sciatique : les différentes méthodes

Comme pour de nombreuses pathologies, il existe différentes méthodes pour traiter et prévenir de la sciatique.

  • Les causes et facteurs favorisants

La cause la plus fréquente de la lombosciatique est la hernie discale (la fissure ou la rupture d’un disque entre deux vertèbres).

Mais la sciatique peut aussi être causée par d’autres lésions vertébrales :

  • Une arthrose des vertèbres lombaires
  • Une infection au niveau d’un élément du rachis
  • Dans de rares cas, une tumeur vertébrale ou située dans le canal rachidien
  • Une maladie inflammatoire du rachis comme la spondylarthrite ankylosante
  • Un traumatisme de la région lombaire, une fracture vertébrale traumatique ou un tassement vertébral dû à l’ostéoporose
  • Etc.

Pratiquer un sport ou un travail nécessitant de fréquemment lever de lourdes charges, rester plusieurs heures d’affilée en position assise, faire peu d’activité physique, avoir un excès de poids, ou une mauvaise posture, etc. sont autant de facteurs de risques de développer une sciatique.

  • Les traitements médicamenteux

Il n’y a pas réellement de médicaments qui vont traiter la sciatique. Ce sont surtout des traitements symptomatiques qui vont principalement soulager la douleur.
C’est le cas des médicaments antalgiques par voie orale : paracétamol, voire des antalgiques plus puissants tels que la codéine, le tramadol ou la morphine.
Certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont indiqués comme traitement de courte durée des sciatiques pour soulager l’inflammation.
Dans tous les cas, il est recommandé de consulter votre médecin traitant ou un médecin du sport avant de prendre des médicaments.

  • Les méthodes alternatives

Avant de passer aux médicaments, il existe d’autres méthodes pour soulager les douleurs sciatiques :

  • L’ostéopathie pour soulager les douleurs de sciatique. L’action de l’ostéopathe vise à diminuer les tensions lombaires et pelviennes au moyen de traitements adaptés aux besoins de chaque patient. Il utilise des manipulations douces et travaille sur différentes parties du corps (lombaires, bassin, abdomen, cage thoracique…).
  • Les plantes anti-inflammatoires pour lutter contre la douleur : vous pouvez tester l’harpagophytum en gélule, ou l’huile essentielle de menthe poivrée mélangée à l’arnica en application. Demandez conseil à une naturopathe avant d’utiliser ces plantes. Il peut exister des contre-indications;

Nous voilà à la fin de cet article sur la sciatique. Si vous avez encore des questions, l’équipe du centre médical Alegria reste à votre disposition. N’hésitez pas à nous contacter.

Ce contenu d’information ne saurait en aucune manière se substituer à un avis médical.
Il est impératif de demander conseil à votre médecin ou autre professionnel de santé qualifié pour toute question se rapportant à votre état de santé.

 

Sources :

Ameli — Sciatique, comment la reconnaître ?
Vidal — Douleur sciatique
Le manuel MSD — Sciatique

Nos actualités